Grand tour de Grande Terre, fin

Au revoir le Nord, bonjour la côte Est! Ici c’est relief, couleur et végétation à tous les étages. Du sol au ciel. Du bleu toujours, des montagnes aussi, et, en nouveautés, de la roche, noire et saillante, des cascades, pressées de venir symboliquement rafraîchir les eaux crâneusement chaudes du lagon, et de la végétation toujours plus (dense, colorée, variée)… il flotte ici comme un petit air de Réunion. Le long de la route (la plus belle du pays), de coquets étals offrent aux rares passants leurs bananes, plantes ou statuettes sculptées en échange de quelques francs à glisser dans une boîte. Rien qu’une boîte. Inconcevable en France. Nous adhérons joyeusement au concept et, faute d’appoint (zut, la boite ne rend pas la monnaie!), nous emportons fièrement 2 régimes entiers de bananes. Immangeables. Vertes les bananes. Vertes foncées même. Mais il nous reste un petit espoir, celui de les retrouver pile à bonne maturation au retour d’Ouvea! Hauts les cœurs, on y croit!!

Au cours de nos pérégrinations autours de Hienghène, notre base, nous atterrissons sur la plage dite « du billet de 500 ». Effectivement, sur les anciens billets de 500 francs pacifique (cf photos), l’une des faces représente un polynésien, l’autre un mélanésien (ainsi qu’une flèche faîtière, symbole de la chefferie en NC, une toutoute, coquillage que l’on utilise pour les rassemblements et qui fait « Touuuut touuuut » lorsqu’on souffle dedans, etc…) avec en arrière plan une plage dominée par un rocher abrupte. C’est là. Et c’est bien la même. Le billet a changé, la plage demeure. Avis aux amateurs de PMT, cet endroit dispose d’un tombant (le côté plongeant de la barrière de corail) directement accessible, juste en bord de plage, et très peu de courant. Pas de requin cette fois mais des demoiselles anges royales par centaines, ainsi que multitude de poissons chirurgiens et joli spécimen de tricot rayé. Auguste y est retourné 3 fois.

 

Le rocher star de Hienghène: la poule!

 

Non loin de Hienghène, l’îlot Hiengha nous invite, d’un coup de bateau, à parcourir ses sentiers, botanique et maritime. Très belle vue sur Hienghène, jolis coraux et un Napoléon d’1m50 en récompense. Eliot y entamera aussi une récolte de graines de Tamanu, dont l’huile possède de nombreuses vertus dermatologiques (eczéma, acné, brûlures,…), en prévision de l’adolescence qui s’annonce sans doute. Mais nous restons tout de même sur notre faim…la sortie est onéreuse (5000 frcs/pers=40 euros) et plus ciblée « débutants ». Bref, d’après nous pas indispensable.

 

Enfin, c’est aussi à Hienghène que nous avons retrouvé Mona Lisa et son légendaire sourire. Elle nous offrira un peu de son coca en guise de coutume dans un récipient quelque peu…inattendu.

T’en veux???

2 réflexions sur “Grand tour de Grande Terre, fin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s