De Kalbarri à Shark Bay

Arrivés à Kalbarri, nous découvrons un peu amers qu’il n’est pas autorisé à cette période de faire le Parc par soi-même. Route fermée, tour organisé obligé. N’étant pas venus jusque là pour ne rien voir du tout, nous voilà donc embarqués pour 5 heures de visite…sur le papier. Dans les faits, c’est plutôt 3 fois 1/4 d’heure de balade, 20 minutes de baignade (top ça!), 1 heure de pneu crevé et 3h de rien. Y’aurait pourtant de terribles randos à se faire par ici!! Le site est vraiment beau et j’ai la Salomon qui démange grave moi… allez tranquille Carine, tu te rattraperas au Karijini. Bientôt bientôt…

Nous finissons la journée par une pause spectacle au croisement de la Murchison River et de l’océan Indien. Fracas de vagues et pélicans.

Le lendemain matin: Fais chauffer le camping-car Chéri! on a de la ligne droite au menu aujourd’hui. Quoi? Comment ça on bouffe tous les jours la même chose?!
C’est vrai qu’en Western Australia, tu as en moyenne une ville tous les 500 km et du grand rien entre. Du rien immense, plat et à perte de vue. Du rien vertigineux. Un truc de dingue. Seuls sur la route (si on ne compte ni les kangourous ni les émeus ni les serpents), le soleil et la playlist à fond… du pur Road trip!!! Ça a son charme ce truc…
Le long de cette unique et interminable ligne droite, il n’arrive rien la plupart du temps, mais il arrive aussi parfois que nous appuyions sur le frein. 4 fois aujourd’hui, un record!
Une première pour le plein (de carburant et de café) dans la seule Roadhouse du tronçon, la mythique Billabong Roadhouse et ses personnages de passage souvent hauts en couleurs, ou en tatouages, ou les 2.

IMG_6831

Une seconde à Hamelin Pool pour admirer la plus grande colonie au monde de stromatolites, ces organismes vivant il y a plus de 2.5 milliards d’années et dont on pense qu’ils sont à l’origine de la vie sur Terre, pas moins. Et moi qui me croyais vieille…tout est toujours très relatif.

Une troisième à Shell Beach, cette immense plage formée exclusivement de tous petits coquillages, tellement nombreux qu’ils servaient de matériau de base pour la construction des bâtiments de Denham, la ville voisine, sous forme de « briques » de coquillages.

Puis une quatrième fois à Eagle Bluff, point de vue depuis lequel il est possible de voir en contrebas dans la bien nommée Shark Bay, passer quelques bestioles intéressantes. Chanceux, nous y admirons 5 ou 6 requins de belle taille (tiens…sont tout blancs en dessous), des Sting Raies, une tortue et 2 majestueuses Mantas….y’a de la vie la dessous!!

Le soir venu, nous retrouvons les copains à Denham autour d’une bière vue mer et d’un plateau-resto (avec empereur rouge local, mmm). 1ère fois en 2 mois et demi que les garçons nous réclament du parfum et du peigne 😉 !!! Chais pas si on a encore ça sur nous, moi…

IMG_6927

2 réflexions sur “De Kalbarri à Shark Bay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s